Fontaines DC_couv
Live Reports

Fontaines DC @ Ubu, Rennes – 29.10.18

Nouvelle proposition de la rentrée à l’Ubu, la soirée Happy Monday accueillait le 29 octobre dernier les Dublinois de Fontaines DC. 

Si le nom de scène de ces cinq jeunes hommes débridés ne vous dit rien, c’est qu’avec seulement trois singles à leur actif, ils commencent tout juste à faire parler d’eux outre-manche. Une effervescence timide mais unanime, qui a notamment amené le groupe à se produire sur la scène du Cabaret Vert cet été. Il suffit pourtant de prêter un instant l’oreille à leur punk juvénile et bouillonnant, pour comprendre que l’effervescence qu’ils suscitent n’a rien d’artificielle. Loin de là.

Porté par deux guitares, une basse et une batterie, Fontaines DC emprunte autant au rock-indé qu’au rock-garage pour construire des morceaux intenses, voire explosifs. Revendiquant fièrement ses origines dublinoises (« DC » pour Dublin City représente), le groupe emmené par Grian Chatten chante ainsi le quotidien d’une jeunesse irlandaise désenchantée et je-m’en-foutiste. Le tout dans un registre qui rappelle aussi bien Idles que Joy Division : un post-punk à deux vitesses, violent et lyrique, énervé mais maîtrisé.

Il fallait au moins une affiche comme celle-ci pour espérer remplir l’Ubu un lundi soir d’automne en pleine vacances scolaires. Pour assurer le coup, le bar offrait même l’happy hour pour patienter jusqu’au début des hostilités.

Fontaines DC @ Ubu | twitter – @TrevSongs « Fontaines D.C. killing it in RENNES of a Monday! » 29.10.18

Pile à l’heure, les cinq garçons rentrent en scène puis, avant même de jeter un regard au public, lancent le concert. Le duo basse-batterie s’emballe et les guitares rugissent sur l’instru rêche et sans concession de Big tandis que dans son large manteau en cuir, Chatten scande ses textes avec vigueur et un fort accent irlandais. Le décor est planté.

Sans transition, les morceaux s’enchaînent. Des morceaux courts et efficaces bien qu’un poil répétitifs. Tirant jusqu’à présent dans son répertoire le plus indé, Fontaines DC passe alors à la vitesse supérieure avec l’excellent Chequeless Recklesstube 100% punk, au refrain entêtant et à l’énergie contagieuse. S’ensuivent ensuite Boys in the Better Land puis, après un court rappel, le formidable Hurricane Laughter.

Tous les morceaux qui nous ont décidés à pousser les portes de l’Ubu ce soir en somme, et sur lesquelles Fontaines DC capitalise sa réputation grandissante. Avec la prestation de ce soir et en attendant un futur album, les Dublinois s’imposent en tout cas déjà comme un des groupes les plus prometteurs de la scène punk actuelle.

JAH