Alternative Lads - La Playlist du Dimanche #58 - Spéciale Rumba Congolaise
Playlists & Mix

La playlist du Confinement #58 – Spéciale Rumba Congolaise

Après la Réunion et les Antilles, la playlist du Confinement repart sous les tropiques avec une sélection consacrée à la rumba congolaise signée la Morce. Un genre méconnu en Europe mais à la postérité immense en Afrique Centrale et surtout, à l’histoire passionnante.

Le genre voit le jour à la fin des années 40, alors que les premiers disques gramophone de rumba cubaine circulent aux Etats-Unis, en Europe et dans les colonies africaines. Dans les ex-Congo français et belge, cette musique rencontre un immense succès et est rapidement adoptée par les musiciens locaux.

Si cette drôle de mayonnaise prend aussi vite, c’est que les deux Congo partagent avec Cuba une histoire commune : celle de la traite négrière à l’ère de la colonisation. A cette époque, les populations de ce qu’on appelle alors le Royaume Kongo sont réduits à l’esclavage et emmenés de force aux Antilles et notamment à Cuba pour exploiter la canne à sucre. Elles emportent avec elles la Nkoumba, une danse et musique traditionnelle qui se développera tout au long du 19ème siècle et donnera la rumba cubaine.

Retour en 1940. Les congolais des deux colonies se réapproprient cette musique, portée par de grands orchestres tels que le TP OK Jazz et Le Grand Kalle et l’African Jazz. C’est ce dernier, dans lequel on retrouve un certain Tabu Ley Rochereau ou encore Manu Dibango, qui signera l’hymne de la décolonisation en Afrique, le célèbre Indépendance Cha Cha.

En 1960, le Congo français et le Congo belge obtiennent leur indépendance et deviennent respectivement la République du Congo (RC) et la République Démocratique du Congo (RDC). Cette période marque le début de l’âge d’or de la rumba congolaise, dont l’épicentre Kinshasa devient le point de rendez-vous des orchestres des deux pays. Progressivement les influences cubaines se dissipent et l’apport des guitares amplifiées voit se créer le rumba rock avec des orchestres comme l’Empire Bakuba ou encore Les Grands Maquisards.

Le mouvement musical prendra fin une dizaine d’année plus tard avec la crise politique et économique du Zaïre de Mobutu (RDC), pendant laquelle de nombreux artistes préfèreront les carrières solo aux grands orchestres.

Il ne nous reste plus qu’à vous souhaiter un bon voyage !

ou sélectionnez une plateforme de streaming

Tracklist :
1) Doctor Nico et l’African Fiesta Sukisa – Tu m’as déçu chouchou
2) Franco et le TP OK Jazz – Tokeyi Kobina Calypso
3) Les Bantous de la Capitale – Makambo Mibale
4) Tabu Ley Rochereau – Kaful Mayay
5) Mbilia Bel – Cadence Mudanda
6) Papa Wemba et l’Orchestre Viva la Musica – Destin Ya Moto
7) Empire Bakuba et Papy Tex – Livre d’Or
8) Jean-Serge Essous – Philosophie
9) Franklin Boukaka – Pont sur le Congo
10) Les Grands Maquisards – Nalela Ndenge Nini

Jah pour La Morce